Faire appel à la poésie pour développer son leadership

Voilà qui pourrait paraître incongru !

Quelle est donc le rapport entre la poésie et le leadership ? A l’heure présente, quand on parle de développement du leadership, on pense plutôt à ces séminaires du genre « marcher sur des braises », « sauter à l’élastique », et autres choses de ce genre qui font appel à…, à quoi au fait ?

Ces activités à risque font appel au goût éponyme, ce qui est effectivement utile au moment de prendre une décision, à la capacité à diriger soi-même une équipe pendant une situation de crise.

Tout cela est nécessaire et particulièrement évident, sinon, les entreprises ne s’y précipiteraient pas, encore que, les lubies et les modes, ça existe ! Mais ce soir, pas de critique stérile.

Pourtant, il manque quelque chose à ce goût du risque.

SJ

Posséder un tempérament dominant est certes très important, mais il ne vaut rien s’il ne tient pas la distance et en la matière, la distance, c’est le temps. Or, les moments où il a fallu exprimer une autorité virile et forte ne valent rien s’ils ne sont précédés de ces périodes beaucoup plus longues où chacun vous a déjà reconnu comme chef grâce à notamment une qualité fondamentale qui attirera le respect de vos collaborateurs.

La gloire éphémère du saut à l’élastique sombrera dans les affres d’une réunion mal commencée, tout ça parce que vous vous serez laissé aller à des reproches indus un jour de grosse fatigue

Ce sentiment qui est la caractéristique des vrais leaders est l’empathie, de la capacité à sentir l’air du temps dans vos équipes, de ressentir les attentes, les craintes, mais aussi les tentations de chacun de vos équipiers. C’est finalement le meilleur moyen de ne pas être déçu.

Mais ça, aucun contrôleur de gestion, aucun saut à l’élastique ne vous dira ce que vaut l’équipe au quotidien, dans la durée. Et c’est là qu’il faut s’intéresser aux tréfonds de l’âme humaine pour avoir une chance de décrypter ce qui nous fait avancer, asseoir, renoncer, fuir, ou au contraire, partir en avant au mépris du danger.

Mais dormez sereins : l’empathie ne transformera jamais un leader indomptable en veau. L’empathie lui permettra juste d’être conscient des dégâts occasionnés dans les équipes par une décision difficile et donc de prévoir les dispositions qui permettront d’éviter les dommages non-souhaités. N’étant pas moi-même un ardent défenseur des collègues « amis pour la vie », je me contente de donner là une ouverture pour plus d’efficacité.

Pour cette raison, je ne saurais que vous recommander de lire de temps à autre un poème. Car le travail du poète est de nous transmettre l’indicible, de coucher sur le papier les sentiments les plus profonds enfouis au fond de nous. La poésie ce ne sont pas seulement des âmes tourmentées, ce sont aussi des épopées, des chansons de geste, des hymnes à la solidarité, des contes d’hommes qui ont su se relever.

Bref c’est l’histoire de nos vies.

Et en plus, pour un dirigeant overbooké, un bon poème bien choisi, ça ne prend vraiment pas de temps à lire.

Pour diriger vos lectures, je vous conseillerais le blog « Connaissance Poétique du Monde », mais qui, malheureusement, n’est pas assez souvent actualisé.

N’étant pas moi-même féru de poésie, mais aimant lire quelques vers à l’occasion, je vous recommanderais « Anthologie de la Poésie Française », de Suzanne Julliard, chez de Fallois.

Bonnes lectures !

Publicités

8 réflexions au sujet de « Faire appel à la poésie pour développer son leadership »

  1. zede

    Je ne sais pas si la poésie, la lecture, la formation, peut aider un leader à développer, à mener son leadership mais pour revenir à l’idée de la poésie je peux te proposer ces rimes qui ont du sens en ce qui me concerne : « Réfléchis en homme d’action et agis en homme de réflexion ».

    Répondre
    1. fabricejaouen Auteur de l’article

      Mais effectivement, ces deux vers ont du sens et ont une portée plus générale.
      Je les préfère toujours à « 12 trucs infaillibles pour devenir un parfait leader » !

      Répondre
      1. Joël Zède

        C’est le « mal » français ! A savoir que les français veulent tout intellectualiser (cf.les « 12 trucs…. ») y compris le management. Je suis partisan de dire que chacun d’entre nous est un manager et a chacun de nous de pouvoir ou vouloir l’exprimer mais toujours dans la sincérité. Il n’existe pas de manuel du leader, c’est une invention. Tous les leaders, managers sont confrontés à différentes situations, et ce n’est pas parce que un va trouver une issue en agissant de telle ou telle manière que ce sera la bonne manière pour la même situation avec un manager différent. Différent en personnalité, différent en tout point et je dis toujours « nul n’est égal devant la maladie ». Et je pense qu’il n’y a pas un seul et unique chemin pour obtenir le même résultat avec deux leaders différents exposés à la même situation. J’ajoute que la première qualité d’un leader c’est le : savoir-s’adapter ! Avant le savoir-être et le savoir-faire.Ce qui est le propre de l’homme depuis la genèse. Maintenant aussi loin que l’on puisse remonter : toute organisation humaine suppose une hiérarchie : que l’on soit membre d’une tribu d’Amazonie ou bien cadre supérieur à Wall Street.

      2. fabricejaouen Auteur de l’article

        Mais tout cela est exact et tout au long de ce blog, je prône le rejet des 12 astuces pour… qui sont typiquement inspirées de la culture anglo-saxonne et plus particulièrement américaine.
        Comme tu l’écris parfaitement, il n’y a pas de solution type et chaque chef doit s’adapter aux circonstances, et doit surtout être en accord avec lui même. Je t’invite d’ailleurs, si tu en trouves le temps, à approfondir la lecture des différents articles. Notamment celui sur Machiavel ou bien encore Ernst Jünger, qui finalement confortent ta position sur l’exercice et le rôle de la hiérarchie.
        Je n’oublie pas non plus la phrase de de Gaulle en exergue de ce blog.
        Enfin, pour illustrer la justesse de ton commentaire, je te propose un poème de Victor Hugo: Aymerillot. Il ne fait que conforter cette image d’un management fort et exigeant.
        Merci pour ton commentaire tout à fait pertinent et m’a donné à réflexion.

  2. Joël Zède

    Je te remercie pour tes suggestions de lecture de ces spectateurs « d’écrivains » qui ont le temps de décrypter habilement nos actes, mais qui peuvent in fine donner des éclairages à nous, pauvres acteurs.

    Répondre
    1. fabricejaouen Auteur de l’article

      Il est vrai qu’être au cœur de l’action est extrêmement consommateur de temps et d’énergie.
      Pour cette raison, je ne me permettrai jamais de donner des leçons à ceux qui sont le nez dans le guidon à longueur d’année et mette tout en jeu chaque matin.
      J’exprime tout au plus mes pensées, certainement influencées par ces années passées dans la mêlée.
      Libre à chacun de les lire ou pas, de les apprécier ou pas, de s’en servir comme sujet de réflexion ou pas.
      C’est l’avantage des blogs: ils ne s’imposent à personne. 🙂

      Répondre
      1. Joël Zède

        Absolument. Et mon dernier commentaire ne sous entendait pas que tu te positionnais en donneur de leçon. Si tu l’as compris ainsi, je m’en excuse car ce n’était pas le but. Je voulais simplement dire que toutes formes d’écrits : poésies, adages, proverbes, « manuels »…etc sont des couteaux à double tranchants. En 1ère lecture on peut ressentir un effet catalogueur et en 2ème lecture on peut trouver des éclairages car les managers n’ont pas toujours le temps de mettre des mots sur leurs actes car ils ont des maux à traiter. 🙂

      2. fabricejaouen Auteur de l’article

        Merci pour cette réponse.
        Au contraire, j’ai beaucoup apprécié tes commentaires: les retours terrain sont essentiels et ma démarche est essentiellement pragmatique.
        Et je ne puis qu’approuver ton sentiment de course permanente contre la montre.
        Merci encore de lire ce blog et tes commentaires éclairés me sont particulièrement utiles. 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s