La maison des dilemmes ou la résistance au changement.

Mes activités récentes m’ont permis d’être confronté à un cas intéressant de résistance au changement, ce qui m’a donné l’idée de ce que l’on peut appeler « La Maison des Dilemmes ».

Cette métaphore est inspirée des réactions auxquelles on assiste dans les conflits armés.

Il faut donc s’imaginer une maison bombardée. De plus en plus violemment (figure du haut). Les murs sont ébranlés. Chacun sent son existence menacée. Au loin dans un halo, une zone calme, aux contours imprécis, mais dont on devine qu’elle est porteuse d’espoirs. Mais le chemin pour s’y rendre est dans l’obscurité et pleine de périls. Chacun reste donc dans la maison, espérant la fin du bombardement. Les habitants sont désemparés. Les chefs de la communauté sont devant la porte et hésitent. Sortir, rester, que faire ?

141101-La Maison des Dilemmes

Trois types de réaction sont donc envisageables : la passivité, le passage en force, une transition maîtrisée.

La Passivité.

C’est un comportement assez fréquent et très bien décrit par Carl Rogers dans « Développement de la Personnalité ». On construit un univers rassurant, totalement artificiel, mais qui permet de nier la réalité à bon compte. Les chefs sont dans une position attentiste, comptant simplement les coups. Soit ils pêchent par optimisme, ou ils sont sidérés, mais la patience est aussi un art. Donc on se dit qu’on va s’en tirer, on se convainc qu’on voit le bout du tunnel (ah, combien de fois n’a-t-il pas été annoncé !). Dans les habitants trois grandes réactions : on croit aveuglément les chefs jusqu’au bout, ou  la panique gagne et tout le monde s’enfuit dans l’anarchie, enfin on se rassure à bon compte en tremblant de tous ses membres. Parfois, tout le monde périt, parfois, on survit, on s’étonne pourquoi et on se réconforte et on reconstruit tout comme avant.

Il y a un seul cas où le chef sort grandit d’une telle épreuve : lorsque l’attente est maîtrisée, par le mariage de l’instinct avec la raison et une détermination inflexible.

Le Passage en force.

Les leaders ont le pressentiment que la fin est proche. Ils n’ont plus le temps de tergiverser. Ils ouvrent donc la voie, s’exposent un maximum et leur exemple convainc les plus audacieux de les suivre, quitte à périr en route, tandis que les craintifs restent dans la maison, tremblant de tous leurs os. Qu’elle s’effondre ou subsiste, qu’importe, les plus audacieux auront rejoint le havre de paix et pourront alors construire une nouvelle vie.

Les caractères audacieux et inflexibles s’épanouissent dans ce genre de situations, mais leur impétuosité les dessert parfois dans les situations entre deux eaux.

La Transition maîtrisée.

Là, je n’ai pas trouvé d’expression juste, sinon peut-être le plan d’opération ? Les dirigeants sentent très tôt que les temps vont tourner vinaigre. C’est ce que Clausewitz appelle le « coup d’œil » (en Français dans le texte). Ils balisent donc le chemin qui mènera vers cette nouvelle zone de paix et de prospérité (figure du bas). Ils restent dans la maison menacée pour organiser le départ progressif des habitants vers la zone de paix, le long d’un chemin balisé et rassurant. De fait, ils sont plus nombreux à franchir le pas et ont confiance dans leurs leaders.

La pondération, la détermination, la vision stratégique, le sens de la communication sont alors des qualités clés pour conduire de tels projets, tant les résistances initiales peuvent être fortes.

Quel type de dirigeant faut-il alors privilégier ?

Eh bien, je ne m’avancerai pas : les hommes et les femmes sont ce qu’ils sont avec leurs qualités et leurs défauts. Ils sont plus ou moins adaptés à certaines circonstances et seuls les événements permettent donc de savoir à qui on a réellement affaire.

Ce qui compte, c’est d’abord la faculté de s’adapter à la situation, de garder le regard haut et la tête froide dans l’adversité. Et chacun en est capable. J’en suis convaincu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s